Google Shopping Express : la vraie arrivée de Google dans le e-commerce ?

Google Shopping Express : une offre de livraison pertinente pour Google ?

Google Shopping Express : une offre de livraison pertinente pour Google ?

S’il y a bien un sujet sur lequel Google s’était montré pendant des années très discret, il s’agit du e-commerce. Là où ses tentatives autour des médias sociaux ont peiné à porter des fruits, même si le choix de Google+ est aujourd’hu au coeur de la stratégie de Google et de la bataille autour de l’identité numérique de l’internaute, il n’aura pas fallu plusieurs tentatives à Google pour redistribuer très fortement les cartes du e-commerce.

À la différence des médias sociaux, sur lesquels la dépendance de Twitter ou Facebook est faible voire nulle par rapport à Google, Google a toujours une empreinte décisive dans le e-commerce mondial avec le poids que représente Google comme apporteur de trafic, mais aussi le rôle d’outils comme Google Wallet.

Les e-commerçants doivent se montrer les plus ingénieux depuis des années pour se faire une place au soleil de la 1ère page des résultats de recherche sur les requêtes les plus populaires de leur catégorie. Jusqu’il y a encore quelques mois les règles du jeu semblaient clair pour la plupart des acteurs qui renforçaient leur stratégie éditoriale et leur positionnement dans des comparateurs d’achats qui bénéficiaient d’un référencement visible. Sauf que Google Panda est passé par là et a revu totalement la logique (plus de détails dans Les comparateurs : première victime de Google Panda en France). Le but de Google : lutter contre les pratiques douteuses de SEO, et les sites servant de lieu de passage mais ayant une valeur ajoutée faible voire nulle en terme de création de contenus. Première cible évidente : les comparateurs d’achats et de prix. Mais cette volonté de Google cachait surtout son désir de "nettoyer" les premières pages des moteurs de recherches des comparateurs pour mieux laisser la place à Google Shopping

1ère étape : Google Shopping pour remplacer les comparateurs

Depuis les 13 février, Google Shopping est passé à un mode payant. Clairement la volonté de Google est de clarifier les résultats de recherche produits au sein de son moteur… et qui mieux que son propre service avec ses propres règles pour obtenir ce résultat. Sauf que ce changement va demander plus de travail aux e-commerçants dans la qualité des données à fournir à Google.

La volonté de Google au travers de son propre service au delà de générer des revenus supplémentaires conséquents avec une nouvelle offre publicitaire payante pour offrir de la visibilité aux acteurs du digital les plus dépendantes de Google (les e-commerçants), est aussi d’apporter des informations de plus grande qualité à l’internaute directement sur des services Google. En effet, jusqu’alors, beaucoup de marchands avaient tendance à négliger les informations de leurs produits au sein de Google Shopping. Désormais, du fait de son modèle payant, il faudra vérifier que toutes les informations soient présentes et bien à jour au sein de son catalogue.

2ème étape : Google Shopping Express pour concurrencer Amazon ?

Avec Google Shopping Express qui serait lancé ces prochaines semaines, Google entend offrir un service de livraison en 1 jour ouvrable, visant à concurrencer l’offre Amazon Prime. Google avait en effet racheté en décembre dernier la société BufferBox offrant des casiers de livraison e-commerce, véritable point de retrait. Le but de Google, et aussi de Amazon, est désormais avoir une empreinte forte dans le monde physique et font du monde marchand et plus précisément du e-commerce leur principale arme. En contrôlant le point de livraison, le but de Google est de nouer des partenariats forts avec des sites e-marchands (à qui ce service sera facturé à l’abonnement mensuel) mais surtout se faire une place dans cette tendance actuelle du "web-to-store". Pourquoi demain effectivement ne pas imaginer que Google possède de vrais magasins physiques. Amazon en tout cas y pense depuis plusieurs mois si on croit les rumeurs, mais semble encore hésiter à passer le pas se contentant pour le moment de ses casiers de livraison.

Cependant le monde physique semble encore faire peur aux "ex / futurs" pure players du Web. Il suffit de voir Pixmania renoncer à ses points de retrait et se recentrer sur son coeur de métier de pure player, dans un contexte de crise et de concurrence accrue sur le digital. Si Google semble avoir les moyens de se lancer plus avant dans le monde physique et peut-être demain nous propose de vrais Google Stores, la prudence demeure de mise encore.

About these ads