La désillusion d’une mauvaise stratégie sur les médias sociaux

chute_facebook

Facebook va-t-il chuter ces prochains mois de son piédestal ?

Résumé : Aujourd’hui, toutes les entreprises ont compris que être présent seulement sur Facebook ne pouvait pas être une stratégie viable sur les médias sociaux. Que les objectifs soit centrés autour de la marque (notoriété, trafic sur un site, proximité, attractivité…) ou du client (acquisition, fidélisation, satisfaction client, engagement client…), il convient de définir une stratégie efficace et adaptée. Efficace et adaptée signifie en cohérence avec la stratégie globale de l’entreprise et avec les attentes des internautes (ou plus précisément des cibles visées sur Internet). Sauf que les désillusions peuvent être grandes à ne pas suivre la bonne voir ou à écouter le chant de sirènes mélodieuses mais qui ne font gagner aucune bataille marketing / communication.

4 causes de désillusion potentielle

Lorsqu’ici je parle de mauvaise stratégie, je parle en fait de quatre cas différents :

  • Ne pas avoir de stratégie et croire que l’on en a une. Mettre en place des démarches tactiques les unes après les autres, ou développer sa présence de marque sur de multiples outils n’est pas une stratégie en soi. Ce discours centré sur les outils commence à trouver écho chez certains. La baisse réelle de l’audience de Facebook chez les jeunes, la montée en puissance et le foisonnement de tout un tas de nouveaux services sociaux (de Pheed à Path en passant par TumblR ou SnapChat) font que les entreprises les plus avancées et les plus alertes sur le sujet des médias sociaux comprennent que la bataille n’est pas celle de l’audience de Facebook, la bataille est celle de la Visibilité Pertinente, de l’Attention Réelle génératrice d’Influence. A tout miser sur un support (Facebook), lorsque celui-ci change les règles (renforcement de la stratégie publicitaire et diminution de la visibilité naturelle des marques) ou qu’une partie de son audience commence à s’en désintéresser, certaines désillusions peuvent rapidement apparaître… De même, présenter comme stratégie de simples tactiques opérationnelles donne l’illusion de croire que l’on s’est posé les bonnes questions alors que l’on a juste effleuré les enjeux en surface. Il ne peut sortir rien de durable et obligera bien souvent l’entreprise à devoir, à contre temps, se poser les vraies questions, à la vue des investissements toujours plus conséquents en création de contenus et achats médias.

  • Suivre la stratégie de concurrents ou d’acteurs vus comme référent sur les médias sociaux. A l’école, on était puni quand on copiait, dans le monde de l’entreprise on appelle cela faire de la veille concurrentielle, du benchmark et s’inspirer des stratégies des concurrents. Le cas est assez fréquent lorsque l’on ne sait pas où aller de vouloir suivre un chemin tracé par d’autres. On se dit, en effet, que si un tel a fait le choix de lancer sa boutique intégrée sur Facebook, si tel autre est présent sur Pinterest ou Instagram, et si une plateforme d’entraide clients a été mis en place,  c’est qu’il y a bien des raisons viables et stratégiques derrière ces démarches. Probablement mais si elles l’on été, elles ont été le fruit d’un constat interne (ressources, culture d’entreprise, maturité sur les médias sociaux, départements à impliquer, freins à lever…) et pas seulement d’un audit externe d’image (la fameuse e-reputation). J’appelle cela faire du « SoMeToo » (à comprendre SOcial MEdia ME-TOO).

  • Centrer sa stratégie sur sa marque en oubliant le client. MA notoriété, MA communauté, MA page Facebook… alors que dans le même temps l’internaute gère SON profil, SON blog, échange avec SON réseau d’amis… Deux mondes qui pensent se parler (surtout du point de vue de l’entreprise) mais qui dans les faits se côtoient uniquement sur un même espace. La notion de fans et de likes a fait croire aux entreprises qu’elles étaient le centre de l’attention d’internaute fan et souhaitant témoigner tout leur amour pour une marque. Même si pour des marques affinitaires, c’est en partie le cas… le client attend un retour un minimum d’attention et d’écoute. La conversation est bilatérale… sinon on retombe dans un simple modèle publicitaire qui n’a rien de social et de communautaire.

  • Penser jouer à armes égales : que ce soit dans le cadre de bad buzz potentiel sur Internet (Gestion de crise et médias sociaux) ou bien encore de démarches placées sur des supports qui ne vous appartiennent pas et sur lesquels elle n’est que locataire à titre gratuit, l’entreprise peut vite se rendre compte à son détriment que le terrain de jeu qu’elle croyait en partie contrôler ne lui appartient pas. Sur Facebook, les règles changent… Elles sont en train de changer en profondeur également sur Twitter qui renforce sa politique et sa volonté de monétisation (Twitter et Facebook renforcent leur stratégie publicitaire). Que ce soit avec les internautes ou avec les principaux réseaux sociaux, les annonceurs, quelque soit leur puissance économique réelle ou fantasmée, ne jouent pas à armes égales car ne jouent pas la même bataille. L’annonceur recherche un territoire sûr et fertile à conquérir pour s’y installer durablement… mais le réseau social recherche une séduction rapide pour croître rapidement (et espérer se faire racheter pour certains), et l’internaute recherche que l’on réponde à ses problèmes et qu’on lui apporte de l’attention.

Partir de l’entreprise pour définir une stratégie

Le point de départ de toute stratégie devrait être les forces en présence et donc d’abord des questions internes autour des ressources et de l’organisation et aussi des attentes des cibles à toucher par ces médias, le tout mis en cohérence avec la stratégie globale d’entreprise. Je parle souvent de Social Media washing qui serait ce vernis social que l’on applique à sa marque pour montrer (comme les autres marques) que l’on occupe le terrain des médias sociaux (surtout le terrain médiatique des médias sociaux à savoir Twitter et Facebook).

Or, être présent sur les médias sociaux n’est pas un objectif en soi, sinon on ne fait qu’occuper le terrain tactiquement en s’essoufflant et en tombant dans des opérations "feux d’artifice" où l’idée est de compter le nombre de fans qu’elles recruteront ou le nombre de blogs qui en parleront.

Cette stratégie qui part de l’interne implique de se poser les questions suivantes :

  • Ressources : quelles sont les ressources humaines dont j’ai besoin ? que j’ai à disposition en interne ? quel est le budget à allouer ?
  • Gouvernance :quels sont les départements à impliquer dans la démarche ? quels sont les rôles et attribution de chacun entre la communication et le marketing ?
  • Organisation : quel est le mode de fonctionnement interne sur la veille ? la prise de parole réactive ? comment partage-t-on l’information ? Sous quelle forme ?
  • Technologies : quels sont les outils à mettre en place pour relier les bases de données ? pour animer une présence sur plusieurs supports ? pour avoir une remontée en temps réel
  • Prise de parole : quel est le ton ? qui répondra ? avec quelle réactivité ? sur quel support en priorité ?
  • Indicateurs : sur quels indicateurs suis-je attendu en interne auprès des décisionnaires ?

Bien évidemment qu’en plus de toutes ces questions internes, il faut avoir une connaissance poussée des attentes de ces clients et rien de remplace ici une base de données efficiente, des études quali et quanti efficaces, et des outils pertinents…

13 réflexions sur “La désillusion d’une mauvaise stratégie sur les médias sociaux

  1. Merci Cédric, effectivement, trop de questions qui restent sans réponse, quand elles sont posées, ce qui est trop rare.

    J’ajouterai 2 ou 3 questions :
    – Qui est impliqué dans le processus de gestion de crise éventuelle (ce que tu nommes la prise de parole réactive ?)

    – Qui définit et gère le calendrier éditorial ?

    – Dans les ressources, il faut aussi définir le temps alloué à la /aux mission(s) (pour les intervenants extérieurs notamment)

    • Pour le calendrier, c’est à la fois effectivement une problème d’organisation (et de partage de l’information en interne et avec les agences partenaires) et de cadrage de la prise de parole.

  2. Merci beaucoup pour cet article ! J’ai déjà touché un peu à tous ces différents écueils : de fait, les échecs engendrés amènent à la reflexion de fonds que vous faites. On ne peut pas se contenter de faire du bruit sans réelle stratégie. Un annonceur qui communique en mode "classique " (TV, revues, etc) ne se pose pas la question : il est évident qu’il va choisir soigneusement ses lieux de diffusion et adapter son message. Pourquoi en serait-il autrement sur les médias sociaux ? A propos Facebook : j’ajouterai un raisonnement un peu simpliste mais parfois oublié : on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier, surtout si le panier ne vous appartient pas !

    • 100% pour d’accord avec votre commentaire et notamment sur cette notion de "dépendance" par rapport à un support sur lequel au début les marques peuvent être locataires à titre gratuit (puis payant) mais où le propriétaire peut à tout moment décider de changer la taille, la dispositif des pièces… et le prix du loyer.

  3. Beaucoup de gens on cru que les médias sociaux étaient un levier pour gagner en visibilité, sauf que quand c’est mal pensé cela peut même desservir. Et nombreux ce sont lancé dans de petites et grosse bêtises. Achat de like ou autre, et malheureusement jouer aux apprentis sorciers à porté des préjudices à plusieurs sociétés.

  4. Merci Cédric pour cette vision qu’il est essentiel de communiquer, répéter, installer afin qu’elle soit, enfin, partagée du plus grand nombre.
    Encore une fois le règne du bon sens est à l’honneur et la majorité des réflexions en présence dans cet article ne serait bien souvent qu’évidence dans le cadre d’autres domaines plus classiquement exercés : communication média, marketing direct, CRM … Mais les médias sociaux semblent faire oublier les fondamentaux de la communication (réfléchir une stratégie, se fixer des objectifs par support, étudier les publics, tenir compte de leurs attentes …). Peut-être parce qu’adresser directement des individus qui sont en puissance de répondre de la même façon en temps réel, déstabilise, fait perdre ses réflexes, oublier ses fondamentaux … Peut-être parce que les objectifs fixés ne sont pas les bons : e.g. l’engagement est-il metrics ou objectif final pour une marque ?
    Bref il est à espérer que certaines désillusions ne conduisent par à la remise en cause totale de ce qui devrait simplement conforter la stratégie des entreprises et des marques : les médias sociaux.

  5. Pingback: La désillusion d’une mauvaise stratégie sur les médias sociaux | Tinkuy - Ingénierie en Intelligence Collective

  6. Rien à voir avec l’article, qui est intéressant, mais une remarque à propos de la lisibilité de celui-ci : la police "Helvetica Neue/Helvetica" que vous utilisez, ainsi que l’alignement justifié rend la lecture difficile. En effet, les paragraphes apparaisssent très massifs et le gras qui permet de scanner les éléments clés est peu différencié du reste. Je vous conseillerais d’utiliser l’Arial, aligné à gauche.

  7. Pingback: Veille SEO : rédaction web, Chine, désillusions et l'âme humaine

  8. Pingback: Réseaux sociaux | Pearltrees

  9. Bonjour Cédric
    Je me suis permis de reblogué votre article qui est à mon sens très bien fait et qui sera donc partagé sur mes “canaux”
    Cordialement
    Alain

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s