Panorama des médias sociaux en Chine

Même si la cartographie mondiale des médias sociaux est désormais largement bleue car dominée par Facebook, pas sûr que cet état demeure ces prochains mois / années avec la montée en puissance rapide de tout un ensemble d’outils challenger attirant les internautes, jeunes notamment, mais aussi la convoitise des leaders actuels du marché (Facebook et Google en premier lieu). J’ai pu notamment vous parler de Snapchat il y a quelques mois (Snapchat : le réseau social centré sur le partage instantané de photos qui monte), et depuis quelques temps il faut également avec d’autres services nommés WeChat, WhatsApp ou bien encore Line (qui est Japonais) qui, fort de ses 230 millions d’inscrits, a débarqué officiellement en France il y a quelques jours (Le phénomène japonais Line débarque en France).

Lancé en mars 2011, Line compte déjà plus de 230 millions d'utilisateurs dans le monde

Lancé en mars 2011, Line compte déjà plus de 230 millions d’utilisateurs dans le monde

Facebook, Twitter, Google : des leaders mondiaux mais toujours bloqués en Chine

Depuis quelques mois, il est plus lisible de lire la stratégie sociale des 3 grands leaders des médias sociaux à l’échelle mondiale :

  • Facebook souhaite attaquer Google sur son territoire de prédilection la recherche, et continue à mener en parallèle le renforcement de sa stratégie publicitaire, en essayant de se faire une place plus durable sur les smartphones de ces utilisateurs avec Facebook Home. Malheureusement la publicité vidéo sur Facebook se fait attendre depuis quelques mois puisque Facebook avait annoncé son lancement en juillet dernier (Facebook reporte le lancement des pubs en vidéo). Facebook peut se rassurer néanmoins de voir des chiffres publicitaires plutôt bons ayant un impact positif sur le cours de l’action en Bourse.

  • Twitter, fort d’être devenu la plateforme de découverte de contenus liés à l’actualité souhaite s’étendre dans le domaine de la musique (Twitter Music : pourquoi Twitter lance-t-il son service d’écoute et de partage de musique ?), et probablement demain d’autres thématiques afin de développer son usage (n’oublions que le taux d’usage de Twitter est seulement de 33% par rapport à sa base globale d’inscrits), tout en renforçant également sa stratégie publicitaire. Sur ce dernier point, en France, Twitter a passé la seconde en ayant désormais une équipe présente recrutée largement dans l’univers de la publicité digitale.

  • Google continue de diffuser Google+ sur tous ces services, de la recherche à la vidéo, et continue de faire de Google+ la couche sociale permettant de filtrer les contenus sur les services de recherche et de consommations de contenus. La nouvelle version de l’algorithme de Google prévu pour ces prochains jours devrait encore faire couler beaucoup d’encre et risque de continuer à remettre en cause des positions que certains pensaient consolidées.

A l’échelle mondiale ? Pas encore en Chine en tout cas, même si de premières ouvertures pour Facebook et Twitter sont notables mais demeurent limités à un quartier de Shangaï reservé aux libres échanges où les professionnels étrangers sont très nombreux (Facebook et Twitter bientôt accessibles en Chine… ou presque).

La Chine : une population digitale avec des médias sociaux spécifiques

La Chine, souvent décrite comme un territoire hostile à Facebook et Twitter, a su faire de sa population une vraie population digitale. Quelques chiffres à retenir :

  • La Chine compte plus de 560 millions d’internautes soit 42% de la population ;

  • 75% des internautes Chinois sont des mobinautes et à l’instar de d’autres pays Asiatiques ou Africains, le développement de l’usage d’Internet a été conjugué à celui de l’explosion du marché des smartphones  ;

  • Tencent est la 3ème plus grosse société Internet au niveau mondial après Google et Amazon ;

  • 91% des internautes Chinois sont inscrits sur au moins un réseau social (contre moins de 80% en France) ;

  • Les médias sociaux phares sont d’abord des me-too de services occidentaux (on a déjà connu ça dans le domaine industriel) : Baidu (Google), RenRen (Facebook), Sina Weibo (Twitter), YouKu (Youtube) ;

  • Le Social Commerce et notamment le partage d’avis sur les produits est un enjeu e-commerce prioritaire puisque 40 % des acheteurs online consultent et postent des avis sur les produits (selon le cabinet BCG) et 38% utiliseraient les réseaux sociaux dans leur parcours d’achat.

Même si la Chine est digitale, elle a des usages bien différents au niveau des outils utilisés, compte tenu de ces restrictions qui ont permis le succès de pure players locaux. Qu’ils s’appellent Klaixin, Douban ou bien encore Jiepang, ces sites font fureur en Chine et ont clairement des ambitions d’internationalisation à l’instar du géant Chinois de l’Internet Tencent (Tencent, ce géant de l’Internet Chinois que vous ne connaissez peut-être pas encore).

On commence à en connaitre certains comme QQ, WeChat ou bien encore Sina Weibo (équivalent de Twitter) qui lors de l’ouverture des Jeux Olympiques en 2012 a vu plus de 119 millions de messages échangés sur son service autour de cet événement mondial… contre seulement 10 millions sur Twitter.

Le marché Chinois est un marché qui bouge où les leaders d’hier sont en passe de se faire détrôner par des nouveaux outils plus dans les codes des populations jeunes. Ainsi, WeChat en quelques mois a su s’imposer pour commencer à faire de l’ombre au géant Sina Weibo (équivalent de Twitter). On constate que le temps passé par les Chinois sur Weibo décline au profit de la montée en puissance de WeChat. Avec ses 400 millions d’utilisateurs dont plus de la moitié en Chine, WeChat a atteint le niveau de Sina Weibo qui compte également 400 millions d’inscrits dont 25% qui continueraient à s’y connecter tous les jours. Même si les réseaux sociaux phares que sont QQ ou RenRen demeurent des mastodontes chinois, l’usage des médias sociaux Chinois est de plus en plus marqué par les outils de messagerie instantanés… et ce dans une proportion bien plus importante qu’en Europe par exemple.

Il est intéressant de savoir si ce basculement que l’on constate sur ce marché bien particulier, aura une résonance au niveau mondial où les nouveaux acteurs comme WhatsApp, Line, SnapChat espèrent se faire une place au soleil face à Facebook et Cie.

Je vous laisse donc avec cette cartographie proposée par Dachis Group représentant les différents services en fonction des usages et typologiques que l’on connaît bien. Vous découvrez que tous nos médias sociaux phares bien connus en Occident et Orient possèdent quasiment tous leurs équivalents en Chine. La question qui demeure est de savoir si la situation de blocage de Facebook, Twitter ou bien encore Google est-elle encore largement tenable… et si l’arrivée de d’autres services Asiatiques venus du Japon, de Corée voire même d’Inde pourront-ils se faire une place sur le marché Chinois.

Le panorama des médias sociaux en Chine

Le panorama des médias sociaux en Chine

Pour en savoir plus sur les médias sociaux Asiatiques et leur puissance, n’hésitez pas à contacter The Persuaders pour que nous vous présentions ces probables futurs géants de l’Internet Mondial.

Pour aller plus loin :

About these ads

4 réflexions sur “Panorama des médias sociaux en Chine

  1. Je lis cet article avec intérêt. Lors de deux séjours à Pékin , le dernier cet été , j’ai été frappée par le nombre de chinois équipés de smartphones et de tablettes, dans la rue, dans le métro …dans des campagnes éloignées de Pékin, dans le Sichuan, ma belle- fille se connectait à internet en 4G ! Et nous échangeons régulièrement messages instantanés, photos, messages audios via WeChat ….
    Valérie

  2. Merci pour cet article clair et bien documenté sur les différences de l’état des lieux du marché et des usages des réseaux sociaux numériques. Je completerai sur la base de mon travail avec Shanghai en suggérant de prendre en compte également les différences de cultures, de valeurs , d’usages relationnelles et de protocoles de rencontres possibles numérisées ou virtuelles avec un peuple qui d’une région à l’autre n’utilise pas les nouvelles technologies de la même manière. Je partage l’article.

  3. Vivant en Chine depuis plusieurs années(et HK), on se rend vite compte des différences culturelles 2.0. Leurs actions sur les réseaux sociaux (et le web en général) paraissent bien plus nombreuses que chez les Gaulois. Tout le monde est collé à son smartphone en permanence, c’est assez hallucinant. Nul doute que cet immense marché intérieur (650 millions d’internautes, il me semble Chine+HK) pourrait se suffire à lui-même pendant un petit moment. Isolationnisme quand tu nous tiens!

  4. Ping : Panorama des médias sociaux en Chine | I...

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s