Klout revoit en profondeur son modèle

Si vous vous intéressez de près aux médias sociaux, et que vous y êtes relativement actifs, vous avez sûrement dû déjà entendre parler (en bien ou en mal) d’ailleurs. Il faut dire que depuis ses débuts, Klout divise la webosphère puisque jusqu’alors le principe de Klout était d’indiquer aux utilisateurs un score d’influence sociale.

Le site  a changé dans son interface mais également dans son principe. Klout désormais l’affirme en présentant son service au travers d’un article sur leur site titré "Ne mesurez pas simplement votre Klout. Créez-le! ". Klout devient désormais une plateforme à la croisée de Friendfeed (pour le coté agrégation de vos contenus sociaux) de Hootsuite pris comme une plateforme de publication vers vos réseaux sociaux, et Feedly pour suivre et découvrir des contenus.

klout_new

Le problème de Klout jusqu’à alors : pas d’audience et pas de stickyness

Ne nous mentons pas. A date, Klout est le service pour les personnes relativement actifs sur les médias sociaux et souhaitant suivre leur influence sociale. Les plus actifs d’entre eux étaient des personnes d’abord intéressés par leur mesure de leur influence sociale. La démarche restait alors très égocentrique. La possibilité ajoutée par Klout de pouvoir donner des "bons points" à d’autres utilisateurs a été un premier pas vers une dimension participative plus forte sur un principe d’endorsment à la LinkedIn. Malheureusement, pas suffisant pour créer une vraie stickyness au service, qui alors au mieux à réussi pour certains à s’imposer comme la référence de la mesure sociale, et qui pour d’autres n’est qu’une vaine tentative de mesurer l’influence sans réellement comprendre ce qu’est l’influence.

Du coup, désormais même des plateformes sociales de Relation Client avancées intègrent l’indicateur Klout pour aider les conseillers à catégoriser la priorité de réponses à apporter. Un parfait non sens à l’heure où l’impact d’un client sur la réputation d’une entreprise ne peut pas s’arrêter à l’influence (qui dans les faits est largement corrélée à l’activité à d’une personne sur les médias sociaux. Et oui, car le vrai problème de Klout, c’est que le service n’a finalement jamais réussi à mesurer l’influence sociale.

Je suis toujours parti du principe qu’une personne influente (et pas forcement sur les médias sociaux) était une personne qui s’exprimait avec légitimité / crédibilité / expertise sur un sujet, et qui prenait la parole au moment opportun. Aujourd’hui, plus vous publier, plus vous prenez la parole sur tout et n’importe quoi, plus vous êtes déclarés "influent". Les défenseurs de Klout me diront ici que je caricature le service qui permet d’avoir des notions plus fines du score mais dans les faits résumer l’influence d’une personne à un score est un non sens.

Klout = Feedly + Hootsuite + Friendfeed

Désormais le principe de Klout, même si la notion de mesure est toujours centrale, est d’aller vers un service qui se veut indispensable pour les personnes actives sur plusieurs réseaux sociaux. Klout se passe alors en concurrence frontale avec des services comme Hootsuite. En effet,  désormais vous pouvez, depuis l’interface Klout,  créer et de partager du contenu en fonction des thématiques qui vous intéressent ainsi que  programmer la diffusion de votre contenu aux heures où vos abonnés sont connectés.

klout_new_2

La plateforme va plus loin et notamment dans la consommation de contenus et du coup dans la découverte de personnes que vous devriez suivre. En fonction des thématiques qui vous intéressent, des contenus vous sont proposés (pour soit les republier, soit pour simplement les lire, soit pour suivre la personne émettrice). Là encore, Klout s’inspire directement des mouvements plus ou moins récents de LinkedIn avec le rachat de Pulse et le lancement de LinkedIn Today (voir : LinkedIn se lance dans la curation de contenus avec LinkedIn Today) ou bien plus récemment, et dans une certaine mesure, le lancement de Facebook Paper (le Flipboard à la sauce Facebook).

Klout : un service qui continue de chercher sa voie

Comme nous l’avons vu, le but de Klout est de se rendre plus indispensable auprès de ses utilisateurs (et de potentiels nouveaux of course). Il faut dire que le service, même s’il possède dans certaines sphères digitales, une bonne notoriété est loin d’être un géant du Web qui pèse. Alors que le service en 2011 était déjà valorisé à hauteur de 200 millions de dollars, il semblait depuis quelques mois s’orienter clairement vers le marché BtoB. En mars dernier, le lancement de Klout for Business entendait offrir une offre d’outils spécifiques pour les entreprises pour mieux comprendre leurs audiences sur les médias sociaux. Malheureusement, cette offre rapporte peu (environ 10 millions de dollars en 2013). Klout doit donc chercher rapidement d’autres sources de revenus et il semble vouloir le faire en développant la partie BtoC dans un premier temps.

Si vous avez besoin de d’autres éléments pour vous convaincre que le service clairement continue de se chercher :

  • Klout devait ouvrir l’année dernière des bureaux à Londres, mais ne l’a pas encore fait semble-t-il à date selon nos informations.

  • Klout a lancé un service de questions / réponses auprès d’influenceurs inspiré de Quora, et appellé Cinch sous la forme d’une application mobile… mais probablement que vous n’avez jamais entendu parler de ce service qui ne semble plus vraiment être une priorité pour Klout. Le succès et l’emballement récent autour d’un service proche ("Questions / réponses" sociales) comme Jelly (plus d’informations dans Jelly, l’application qui interroge vos amis), fondé par un ancien de Twitter ne permettra probablement pas à Cinch de trouver une audience rapidement.

7 réflexions sur “Klout revoit en profondeur son modèle

  1. Bonjour Cédric,
    Petit point supplémentaire pour la nouvelle interface et sauf erreur de ma part, il n’est plus possible de sélectionner des personnes influentes pour les rattacher à son profil. N’est-ce pas un élément qui fait perdre un peu le point de départ de la recherche d’influence ?

    Toujours est-il que la nouvelle version peut avoir un attrait si on s’y colle, car auparavant personne ne se souciait trop d’une intervention sur l’outil, si ce n’est un regard pour constater son score. Ici on incite l’utilisateur à interagir… ça risque d’être difficile à prendre. Wait & See comme on dit.

  2. Pingback: Klout revoit en profondeur son modèle - Blog référencement

  3. Pingback: Klout revoit en profondeur son modèle » Sandrine LAGARDERE

  4. Pingback: Klout revoit en profondeur son modèle | ...

  5. Pingback: Best of SEO & webmarketing de la semaine

  6. Pingback: Klout revoit en profondeur son modèle | ...

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s